Les anciens vicomtes et comtes d'Auvergne


Guillaume le Pieux










Jeanne de Calabre

Le comté

Le dauphiné

Le duché

Les fiefs

Retour à l'accueil

















Bernard Plantevelue, grand seigneur d'Aquitaine, descendant de Saint Guilhem, prit le titre de comte d'Auvergne peu après son mariage en 868 avec Ermengarde, fille de Bernard Premier d'Auvergne. Après sa mort en 886, son fils Guillaume II le Pieux, qui sera duc d'Aquitaine en 895, lui succéda jusqu'en 918. La lignée s'éteignit à la mort de ses deux neveux, Guillaume III le Jeune en 926 et Acfred en 928. Le comte de Toulouse, Raymond III, dit Pons, puis les comtes de Poitiers, descendants lointains de Guillaume Premier, comte d'Auvergne en 844, prirent alors, très théoriquement, le titre, Guillaume Tête d'Étoupe jusqu'en 963 et Guillaume Fierbrace jusqu'en 994. Mais ils avaient depuis fort longtemps abandonné toute autorité aux seigneurs locaux, les vicomtes d'Auvergne, dont Armand est le premier représentant attesté.

Armand (Arimandus) I, vicomte d'Auvergne ou de Clermont "sous les comtes Bernard, Guérin et Guillaume"*, attesté en 895 et 898 sous la suzeraineté de Guillaume le Pieux.
Son épouse : Bertilde.

lui succèdent ses fils
Robert I, vicomte d'Auvergne, attesté en 927 et 936 sous la suzeraineté d'Acfred puis de Pons de Toulouse.
Ses épouses : Algarde, puis Hildegarde, nommée dans un titre de 962, mais sûrement post mortem.

Astorge, Armand II, nommés vicomtes d'Auvergne dans une charte de l'église de Brioude en 962,
et
Matfred, vicomte d'Auvergne, seigneur de Thiern, attesté en 927 sous la suzeraineté d'Acfred.
Son épouse : (...)

leur succède le fils du premier lit de Robert I
Robert II le Jeune, vicomte d'Auvergne, attesté en 962.
Son épouse : Ingelberge, attestée en 980.

lui succède son fils
Robert III, vicomte d'Auvergne, mort sans descendance après 962.

lui succède son frère
Guy, vicomte d'Auvergne vers 963, attesté en 980, mort sans descendance vers 989.
Après 980, il est qualifié comte d'Auvergne dans plusieurs chartes, et prince d'Auvergne dans l'une d'elles.
Son épouse : Aucende.

lui succède son frère
Guillaume IV (dit aussi I ou V**), comte d'Auvergne, attesté en 1002, mort vers 1015.
Son épouse : Umberge, attestée en 1017.

lui succède son fils
Robert I, comte d'Auvergne, attesté en 1016. En 1022, il fût contraint de restituer les biens de l'église d'Aydat, qu'il s'était indûment appropriés.
Son épouse : Ermengarde d'Arles.

lui succède son fils
Guillaume V, comte d'Auvergne, attesté en 1030, 1034. Assista au couronnement de Philippe I en 1059. Mort en 1064.
Son épouse : Phillipie de Gévaudan, attestée en 1030 et 1034.

lui succède son fils
Robert II, comte d'Auvergne et de Gévaudan, attesté en 1064, vivait encore en 1095.
Son épouse : Judith de Melgueil, vivait encore en 1109.

lui succède son fils
Guillaume VI, comte d'Auvergne, attesté en 1095, il fit ériger le château de Montferrand vers 1120 comme place forte contre l'évêque de Clermont. Après les violences qu'il exerça contre le clergé clermontois, le roi Louis VI le Gros marcha contre lui en 1122 et 1126. Guillaume IX, duc de Guyenne, joua les concilliateurs en faisant allégeance au Roi pour l'Auvergne.
Son épouse : Emma de Sicile.

lui succède son fils
Robert III, comte d'Auvergne, attesté en 1136 après ses démélés avec l'église de Brioude. Il participa en 1147 à la deuxième croisade***, et n'en serait pas rentré. Son frère, à qui il avait confié les destinés du comté, en profita pour se proclamer comte d'Auvergne sous le nom de Guillaume VIII.
Son épouse : (...)

lui succède son fils
Guillaume VII, suivit Louis VII en Palestine entre 1147 et 1149. Comte d'Auvergne à la mort de son père, il fût dépossédé de sa succession par son oncle.
Son épouse : Marchise d'Albon.

Le frère de feu Robert III profita du séjour de son neveu en Palestine pour s'emparer du comté d'Auvergne. Pour régler le différent, le Jeune en appela à son suzerain direct, le duc d'Aquitaine (et futur roi d'Angleterre), l'Ancien à son suzerain supérieur, le roi de France. Le règlement de la querelle entraina la partition de l'Auvergne, d'une part en comté d'Auvergne, et d'autre part en comté de Clermont, qui allait devenir le dauphiné d'Auvergne.



* : Bernard Plantevelue, comte d'Auvergne après 868, Garin (ou Wavrin), comte de Velay, fils de Bernard Premier, et Guillaume le Pieux. Armand a donc gouverné la vicomté de Clermont depuis au moins 868, et pendant au minimum trente ans.

** : la numérotation des Guillaume de la maison d'Auvergne varie selon les historiens. Anselme considère le fils du vicomte Robert II comme premier de la nouvelle lignée, d'autres pensent qu'il est le cinquième Guillaume depuis le Pieux en 886. Les historiens modernes, considérant que la lignée des comtes héréditaires d'Auvergne fait suite à la lignée des Guilhemides, qui compta Guillaume Premier en 842-846, ne prennent pas en compte les deux Guillaume de la maison de Poitiers, et nomment donc Guillaume IV le troisième fils de Robert II. C'est la position de Teilhard de Chardin, Fournier, Manry et autres, et nous nous garderons bien de les contredire.

*** : L. Sandret donne une liste des compagnons de Louis VII, dans laquelle figure Robert, comte d'Auvergne (Rev. hist., nob. & biogr. T. VIII), en renvoyant à Eudes (Odon) de Deuil, chapelain du roi, auteur d'une relation de la IIe croisade, à laquelle il a participé. Eudes de Deuil, s'il cite bien le comte d'Auvergne, ne donne pas son prénom. Guillaume, fils de Robert, est cité par J.-F. Jules Pautet du Parois comme ayant ses armoiries dans la salle des Croisés, à Versailles (Guillaume VIII, comte et premier dauphin d'Auvergne).